Les auteurs en dédicace au stand Coop Breizh à Carhaix

Lors du salon du Festival du livre en Bretagne, à Carhaix, les 25 et 26 octobre, un hommage sera rendu à Yann Goasdoué, figure emblématique de Coop Breizh.

glb_skritell_2014_RGB-300x449

 

Plusieurs auteurs seront également en dédicace :

Alain Lamour (Catastrophes et faits divers en Bretagne), le samedi de 10 h à 14 h.

Alain Lozac’h (Visages de la Résistance en Côtes-d’Armor et Les Pirates de la liberté), le samedi de 10 h à 14 h.

Patrice Cudennec pour l’ouvrage qui lui est consacré, samedi de 14 h 30 à 18 h.

Vincent Rogard (Pierres de mémoire et de liberté), samedi de 14 h 30 à 18 h.

Patrick Galliou (Les Osismes), samedi de 14 h à 18 h.

Bernard Rio (Guide du Tro Breizh, le Cul bénit), samedi de 14 h à 18 h.

Frédéric Morvan (Les Chevaliers bretons), dimanche de 13 h à 18 h.

Jean-Paul Le Bihan (Cheveux d’ange), dimanche de 13 h à 18 h.

Mikael Bodlore-Penlaez (La France charcutée, dimanche de 14 h 30 à 18 h.

Christophe Boncens, illustrateur jeunesse) sera également présent le samedi et le dimanche.

 

Enfin, Charlie Grall viendra présenter son nouvel ouvrage Christian Troadec, des Vieilles Charrues aux Bonnets rouges, itinéraire d’un homme pressé.

 

 

Les Osismes de Patrick Galliou

Vient de paraître aux éditions Coop Breizh :

 Les Osismes, peuple de l’Occident gaulois

 

 

LES OSISMES V

 

 

 

Occupant, dans l’Antiquité, un vaste territoire, correspondant aujourd’hui au département du Finistère et à la partie occidentale des Côtes-d’Armor, les Osismes, dont le nom, d’origine celtique, signifie les « ultimes » – soit les Finistériens avant la lettre – ont, de ce fait, longtemps été considérés comme un peuple marginal et de peu d’intérêt, tant leur situation, jugée périphérique, paraissait les avoir tenus éloignés des grandes mutations que connut l’Europe au cours de la Protohistoire et de l’époque romaine. L’étude détaillée de l’organisation, des activités et de l’évolution de ce peuple durant ces deux millénaires montre clairement, au contraire, que ce tropisme continental est peu pertinent, les Osismes, en raison de leur localisation éminemment maritime, ayant, tout au long de leur histoire, entretenu des contacts, culturels et économiques, avec une grande partie de la façade atlantique de l’Europe. Du Bronze final, où le « complexe de l’épée en langue de carpe » unit des communautés établies du sud de la péninsule ibérique aux îles Britanniques, jusqu’aux siècles de la période romaine, où ils surent parfaitement s’intégrer au monde nouveau né de la confluence des modes et pratiques impériales et des coutumes des provinces conquises, les Osismes adoptèrent, à leur rythme et au gré de leur culture, les innovations politiques, culturelles et technologiques qui naissaient dans toute l’Europe occidentale, donnant ainsi naissance à une civilisation originale et remarquablement vivante.

 

Patrick Galliou est professeur émérite à l’université de Bretagne occidentale (Centre de recherche bretonne et celtique). Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles sur l’ouest de la Gaule, la Bretagne insulaire ou péninsulaire. Il préside la société archéologique du Finistère.

 

486 pages, 300 illustrations, 29,90 €

 

 

 

 

Un manuel pour le perlage en broderie

À l’origine la broderie traditionnelle en Bretagne était exclusivement transmise par oral. Aussi c’est au quotidien, geste après geste, que les novices apprenaient des experts. Des costumes à décor perlé sont apparus dans de nombreux terroirs de Bretagne, sur des pièces de costumes, tels les tabliers, les jupes, les gilets… Le Perlage, terme particulier à la Bretagne, voit son apogée en basse Bretagne, dans la première moitié du XXe siècle

 

fcd94b69-8467-881f-cf21-90e8d2705580

Dans cet ouvrage, Odile Le Goïc- Le Guyader, vous présente non seulement l’histoire, les matériaux, la technique des points pour droitiers et gauchers, mais elle vous propose également huit modèles directement inspirés de motifs de costumes traditionnels et reportés sur des objets du quotidien. Sept autres patrons originaux sont issus de sa propre création et se déclinent sur des textiles associés à notre vie de tous les jours.

 

L’auteur :

Lorientaise de Naissance, Odile Le Goïc-Le Guyader, alors danseuse au cercle celtique Brizeux au début des années 1980, découvre émerveillée la broderie sur les coiffes. Rapidement, elle est initiée à la broderie sur tulle par Geneviève Jouannic dans les stages organisés avec Viviane Hélias à la confédération War ‘l Leur.

Dès 1990, elle devient monitrice bénévole au sein de la commission broderie de cette confédération et enseigne à son tour la broderie sur tulle dans les stages confédéraux, les Cercles Celtiques, les festivals ainsi que dans les écoles. À partir de 1999, salariée de la confédération War ‘l Leur durant 13 ans, Odile poursuit la formation en broderie auprès de publics très variés : stages pour débutants, formation à la reconstitution de costumes pour les spécialistes dans les Cercles, transmission de la broderie traditionnelle au grand public lors des festivals, formation et initiation à la culture bretonne dans les écoles et les collèges.

Durant ces 13 années, le travail avec les cercles celtiques la conduit à mener des recherches détaillées dans différents terroirs et époques (XIXe et XXe siècles) et, ainsi, à se former sur les multiples techniques de broderie en Bretagne. En 2012, la confédération War ‘l Leur lui donne l’opportunité de mener à bien un des projets qu’elle a à Cœur, en éditant un ouvrage sur « le Neudé », point spécifique de broderie Bigoudène. Depuis janvier 2013, c’est de ses propres ailes qu’elle continue à œuvrer en ce sens, recherches et transmission.

La place Bouchaballe de Gérard Le Gouic

 

 

Pour tous les amateurs du poète Gérard Le Gouic et les amoureux de Quimper et de la Cornouaille, les éditions Coop Breizh viennent de publier :

ed601ef2-1294-843a-ed27-c999442f6223

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le poète quimpérois Gérard le Gouic a tenu durant quelque trente ans un commerce de faïence à deux pas de la cathédrale Saint Corentin. Il est un écrivain qui a soufflé il n’y a pas si longtemps son demi-siècle d’écriture et une cinquantaine d’ouvrages. Ce livre est tout consacré à Quimper. Une dette envers cette ville qui l’a élevé vers la beauté et l’amour. «La Place Bouchaballe», clin d’oeil à Max Jacob, est un livre de fraîcheur et d’émotion avec des portraits de poètes voisins, Henry le Bal ou d’à côté, Georges Perros… Des rencontres d’un jour, d’autres de toujours, une sorte de Quimper intimiste avec juste ce qu’il faut d’affection et de causticité pour ne pas s’en séparer.

“Sur les bords de l’Aven, dans le vieux manoir qu’il a retapé, le temps est venu pour Gérard Le Gouic de se souvenir. Dans un récit dont le titre emprunte à son compatriote Max Jacob et où l’on croise Pierre-Jakez Hélias, Xavier Grall, Geroges Perros, Charles Le Quintrec, il rassemble ses émerveillements.” (Jérôme Garcin, Le Nouvel Observateur).

Format poche, prix public : 10 €